Espace Vital Romarin

Espace Vital Romarin

Sclérose en plaque

 

Sommaire

I°- Qu’est ce que la sclérose en plaque ?

II°- Qu’est ce que la myéline ?

III°- Les différentes formes de SEP

IV°- Les causes de SEP

V°- Les symptômes de SEP

VI°-Préventions à prendre en cas de SEP

VII°-Les aliments à exclure de l’alimentation en cas de SEP

VIII°-Les aliments qu’il faut manger en cas de SEP

IX°-Les plantes qui pourraient être utiles en cas de SEP

X°-Compléments alimentaires

XI°-Exercice physique

XIII°-Les facteurs à prendre en considération en cas de SEP

XII°-Piqûres d’abeilles 

 

 

sclérose en plaques.jpg

 

I°- Qu’est ce que la sclérose en plaque ?

La SEP est une maladie inflammatoire du Système Nerveux Central (SNC)
Le SNC comprend :
-    Le cerveau
-    La moelle épinière
-    Les nerfs optiques
Il est composé de différents types cellulaires dont :
-    Les neurones
-    Les oligodendrocytes (la principale fonction est la formation de la gaine de myéline entourant les fibres nerveuses).

La sclérose en plaques est une maladie dite auto-immune car le système immunitaire de l'individu se dérègle et considère la gaine de myéline comme un corps étranger.

 

II°- Qu’est ce que la myéline ?

La myéline est une membrane grasse essentielle qui isole chaque nerf du cerveau et de la moelle épinière comme une gaine plastifiée entoure un fil électrique. C'est cette enveloppe protectrice qui assure la conduite normale des messages nerveux d'une partie du corps à une autre.

La myéline est constituée, en grande partie, de matières grasses.
Dans la SEP, la myéline est la cible du processus pathologique, c'est-à-dire qu’il existe une réaction inflammatoire (réaction de défense du système immunitaire) qui va dégrader cette gaine de myéline. C'est ce que l'on appelle la démyélinisation qui va entraîner des perturbations dans la transmission de l'information élaborée par le cerveau : celle-ci n'est plus transmise aux différentes parties du corps, entrainant les symptômes observés dans la maladie.
Parallèlement, cette démyélinisation va conduire à une souffrance de l'axone (prolongement du neurone conduisant l’influx nerveux) puisque celui-ci n'est plus protégé = c'est la neuro-dégénérescence.
La plupart du temps, l'inflammation disparaît et des mécanismes de réparation se mettent en place c’est ce que l'on appelle la remyélinisation.
Ainsi, la transmission de l'information entre le cerveau et le reste du corps est rétablie ce qui conduit à une régression partielle ou complète des symptômes.
Malheureusement, au cours de l'évolution de la maladie ou lors d'attaques inflammatoires importantes, les mécanismes de réparation sont insuffisants, entrainant alors une persistance des  symptômes et l'installation d'un handicap.

Dans le monde, Il ya plus de 2,3 millions de personnes atteintes en 2013 et l'une des premières causes de handicap chez les jeunes adultes, cette maladie neurologique progressive, invalidante, atteint de jeunes adultes (entre 25 et 35 ans). Deux fois plus de femmes sont diagnostiquées que les hommes, selon la Fédération internationale de la SEP. En 2013, près de 5 % des malades avaient moins de 18 ans. Il n'existe à l'heure actuelle aucun traitement pour guérir la sclérose en plaques.

 

III°- Les différentes formes de SEP

1°- La forme rémittente évolue par poussées, avec des épisodes de rémission plus ou moins longs entre les poussées.
Forme la plus fréquente (85 à 90 % des cas).
Elle peut, au cours de la maladie, évoluer vers une forme progressive
2°- La forme progressive qui évolue de façon continue :

a°- Secondaire progressive :
Chez certains individus qui avaient à l'origine été atteints de sclérose en plaques rémittente, une infirmité progressive se développe, indépendamment des poussées, et s'accompagne souvent de récidives récurrentes
b°- Primaire progressive :
Cette forme de sclérose en plaques se caractérise par une absence de poussées.
Le patient souffre en revanche d'une installation et d'une aggravation progressive des symptômes de la maladie
Il y a une accumulation des déficits et des infirmités, ceux-ci pouvant parfois se stabiliser, ou s'aggraver au cours des mois et des années.

 

IV°- Les causes de la sclérose en plaques

Les dommages des nerfs induits par la sclérose en plaques sont causés par l’inflammation qui se produit lorsque les cellules immunitaires attaquent le système nerveux. Ces dommages peuvent se produire partout dans le cerveau ou la moelle épinière. Bien qu’aucune cause spécifique ne soit connue, certaines causes possibles incluent: les infections, la toxicité de la moisissure, le stress émotionnel, les déséquilibres hormonaux, l’exposition aux toxines, les allergies alimentaires, et les vaccinations.

De même, un déficit en iode, en sélénium (surtout dans les régions ou les sols sont pauvres en ces minéraux) et en vitamine D;

Sans oublier, un excès de calories, d’acides gras saturés (provenant du règne animal), de viande de porc, de sucres concentrés et de métaux lourds.

 

V°- Les symptômes de la sclérose en plaques

Les symptômes de la sclérose en plaques peuvent varier considérablement, mais les symptômes les plus communs comprennent:

-Une vision floue ou double ;

- Une fatigue chronique ;

- Des troubles de la mémoire ;

-La perte d’équilibre ;

-Troubles de la motricité ;

-L’engourdissement ;

-Des picotements ;

-Troubles urinaires ;

-Une faiblesse dans les bras ou les jambes.

 

VI°-Préventions à prendre en cas de SEP

 - l’ablation de tous les amalgames dentaires a montré des améliorations très importantes dans les troubles dus à la SEP. Mais attention, les extractions doivent être réalisées en plusieurs temps et en respectant des règles strictes pour éviter toute contamination au mercure pendant leur réalisation, sinon le remède serait pire que le mal…

 - De plus, il est toujours important de s'éloigner de toutes les sources de champs électromagnétiques (appareils électriques, électricité, téléphone portable, ordinateur...) qui peuvent aggraver l’irritation des nerfs atteints et donc les douleurs et les impotences fonctionnelles de la maladie. Il faut pour cela débrancher les appareils et ne pas simplement les éteindre lorsqu'ils ne sont pas utilisés.

 - En cas de sclérose en plaques, il faut aussi rechercher une infection chronique cachée : Lyme, mycose ou mycoplasmose… qui peut être à l’origine de la maladie. Voir pour cela un médecin pratiquant la micro-immunothérapie. Car elle possède des traitements à doses infinitésimales très intéressants contre ces infections chroniques.

N.B. Par ailleurs, contrairement à ce qui est souvent dit, le vaccin de l’hépatite B ne produit pas la SEP. Il ne "donne" pas la SEP. Par contre, il peut réveiller les gènes de cette maladie, qui étaient présents à l'état latent chez la personne, et qui ne se seraient pas manifestés sans lui.

 

VII°-Les aliments à exclure de l’alimentation en cas de SEP

1° - Sel

En 2014, les chercheurs argentins de l'Institut de recherche en neurologie de Buenos Aires ont découvert que  la consommation du sel favorisait le développement de la sclérose en plaque.

2°- Le sucre 

Diminue la réponse immunitaire et provoque une inflammation systémique et le vieillissement prématuré.

- Sucres blancs et surcuits : comme dans la confiture ou les caramels.

- Les boissons en sucres blancs (soda, jus de fruit).

3°-  Les céréales modernes : mais, blé, seigle, orge, avoine, millet, petit épeautre et leurs dérivés comme le son, la farine, le pain (même complet ou biologique), les croissants, biscottes, pancakes, pizzas, semoule, pâtes, cornflakes, pop-corn, bière et les protéines de céréales modernes contenues dans certaines conserves et plats industriels.

4° - Produits à base de gluten

Parmi les autres facteurs alimentaires soupçonnés de jouer un rôle dans l'auto-immunité figurent les protéines céréalières (gluten), dans un contexte de d'hyperperméabilité intestinale.

5°- Les laitages animaux : vache, chère, brebis… et leurs dérivés (beurre, fromage, crème, glaces, yaourts et protéines de lait contenues dans la nourriture industrielle).

L’hypothèse d’un lien entre la consommation de lait et la sclérose en plaques a émergé dans le milieu des années 1970. Plus tard, des études épidémiologiques ont soutenu cette hypothèse Les protéines du lait qui peuvent être nuisibles dans les cas de sclérose en plaques sont les protéines formant les membranes des globules de gras.

6°- Les viandes : surtout rouges.

7°- Les aliments transformés

Réduire l’exposition aux produits chimiques et les toxines en évitant tous les aliments transformés.

8°- L’alcool , la bière (protéine de l’orge)

Le resvératrol contenu dans le vin rouge accélèrerait aussi la destruction de la myéline et augmenterait l'inflammation dans le cerveau, selon les chercheurs de l'université de Louisiane. En cause, l'effet vasodilatateur de cette molécule. Résultat : les symptômes de la maladie, à savoir, la fatigue chronique et un ensemble de troubles moteurs, sensitifs, de la vision, neurologiques et génito-urinaires, sont démultiplié.

9°- Les allergènes alimentaires potentiels.

Les allergènes peuvent aggraver les symptômes de sclérose en plaques.

10°- Caféine et tabac. 

Augmentent l’inflammation et peuvent créer un environnement toxique.

11°- Les huiles raffinées et les margarines qui contiennent des huiles hydrogénées.

12°- Chocolats.

13°- Les conserves.

14°- Les aliments fumés.

15°- Pas de cuisson au micro-ondes, au four ou au barbecue.

 

VIII°-Les aliments qu’il faut manger en cas de sclérose en plaques

Des nutriments spécifiques sont capables de neutraliser les effets des agents microbiens pathogènes et de diminuer les effets des molécules inflammatoires. Parmi ces composés on trouve les polyphénols et les caroténoïdes dans les légumes, les Acides gras polyinsaturés n-3 dans les poissons, les vitamines C, D et A, les thiols tels que l’acide lipoïque, et des oligo-éléments tels que le sélénium et le magnésium. Voici quelques aliments à prendre quotidiennement :
1°- Manger autant que possible cru : fruits et légumes frais, oléagineux.  

2°- Les antioxydants : Les radicaux libres sont impliqués dans la démyélinisation de la myéline. Selon plusieurs études, la cause sous-jacente de la sclérose en plaques est le stress oxydatif. Il faut prendre des antioxydants puissants après le diagnostic.

3°- Les probiotiques : sont nécessaires pour augmenter l’efficacité du processus digestif et restaurer l’équilibre gastro-intestinal. En outre, la capacité anti-inflammatoire des probiotiques peut soulager certains des autres effets secondaires et les symptômes de la sclérose en plaques. La combinaison de prébiotiques et de probiotiques est fortement recommandé. 

4°- Les protéines: végétales, le poisson et les produits céréaliers auraient également un rôle protecteur. 

5°- Les aliments non transformés 
Manger des aliments non transformés, non raffinés et organiques.

6°- Les fruits et les légumes frais 
Donner à votre corps des antioxydants qui peuvent aider à prévenir les dommages des radicaux libres. 

7°- Les acides gras oméga-3 
Source des acides gras polyinsaturés et en oméga-3. Les acides gras essentiels renforcent le système immunitaire et possèdent des propriétés anti-inflammatoires, et antioxydants.
Les graines de lin, sésame moulu, poissons (sardines, thon), chia,…
Avocat, noix, huile de poissons, huile d’onagre, huile de bourrache, huile des sésame,… 

8°- L’huile de coco et l’huile d’olive :
L’huile de coco contient de grandes quantités d’acides gras à chaîne moyenne, bénéfiques pour le cerveau et le système nerveux. L’huile d’olive contient des polyphénols antioxydants, a des propriétés anti-inflammatoires et c’est huile parfaite pour maintenir la santé du système nerveux.

9°- Les aliments riches en lécithine : aident à renforcer les nerfs, parmi ces aliments : le choux et les fèves germées.  

10°-Vitamine D : La littérature scientifique s'accorde à reconnaître que l'apport en vitamine D aide à moduler le système immunitaire, limitant la gravité de la maladie et empêchant son apparition. Saumon et maquereau cuit, sardine seraient donc à mettre au menu. Une récente étude présentée en début d'année à la réunion annuelle de l'American Academy of Neurology de Washington (États-Unis). 

11°- Le sélénium améliore la fonction immunitaire et le métabolisme.
12°- Les multi-vitamines : fournissent des nutriments nécessaires pour la fonction immunitaire, particulièrement la vitamine B12 qui contribue dans la formation des nerfs.

13°- Le Calcium et magnésium : Le calcium combiné avec de la vitamine D et du magnésium, aide à atténuer les dommages des tissus nerveux et la perte osseuse associée à la sclérose en plaque.
14°- Opter pour des cuissons douces : vapeur, bain-marie, cuisson à l’étouffée, pocher ou bouillir

 

IX°-Les plantes qui pourraient être utiles en cas de sclérose en plaques

Il faut consulter son médecin ou un naturopathe avant d’utiliser des remèdes naturels, pour éviter des effets indésirables, des interactions médicamenteuses et savoir quelle est la dose adéquate à sa situation.

1°- Ginseng ( Panax quinquefolium ), s’il semble améliorer les niveaux d’énergie, il peut également stimuler dangereusement le système immunitaire

2°- L’aigremoine : Bénéfique pour la digestion et le foie. Possède une action anti-inflammatoire, antivirale et anti-oxydante. Prévient l’irritation dans les voies urinaires et empêche une infection urinaire liée à la sclérose en plaques.

3°- Le gingembre : Selon une étude l’extrait de gingembre possède de fortes propriétés anti-neuroinflammatoires.

4°- Le curcuma : Possède des propriétés neuro-protectrices et anti-inflammatoires qui peuvent aider à soulager les symptômes de sclérose en plaques et d’autres maladies auto-immunes.

5°- La cannelle : Dans une étude animale (Cinnamomum verum) a modifié plusieurs aspects anormales dans la réponse immunitaire liée à la sclérose en plaques.

 

X°-Compléments alimentaires

- Oméga-3 : Sont des constituants normaux de notre corps, utiles au début de l’intervention nutritionnelle, ou au cours des poussées, afin de faciliter la récupération d’un état sain, mais leur utilisation devrait être limitée à une période limitée de temps (3-4 mois). 

- Huile d’onagre : est toujours nécessaire en cas de SEP. Elle participe à la régénération des gaines de myéline des neurones, détruite dans cette maladie. 

- Antioxydants : à doses fortes (SOD, acide alpha-lipoïque, co-enzyme Q10, concentré de melon) qui protégeront les neurones des attaques des radicaux libres et source de destruction de la gaine de myéline.-

Vitamine D : En effet, de nombreux arguments sont en faveur de l’implication de la vitamine D dans l’apparition et l’évolution de la SEP) D’une part, la fréquence de survenue de la SEP est corrélée à un taux bas de vitamine D (et de l’ensoleillement). Par ailleurs, la vitamine D agit sur le système immunitaire, mais aussi sur les cellules myélinisantes  des neurones. Basée sur ces constats, une étude canadienne a démontré qu’une prise de vitamine D (associée à du calcium) permettait de réduire le nombre de poussées et l’évolutivité de la SEP. Ces résultats doivent encore une fois être complétés par d’autres études avant d’en tirer des conclusions définitives.

-Vitamines B et le zinc… le magnésium… pour relancer la reconstitution des neurones.

 

XI°-Exercice physique (anti-inflammatoire)

L’exercice physique peut aider à diminuer les symptômes de fatigue chronique et prévenir ou ralentir l’apparition de l’invalidité. Cependant, l’importance de l’exercice physique va au – delà de l’activité musculaire simple et devrait être plutôt considéré dans un contexte holistique dans lequel l’alimentation, l’exercice, la thérapie et les échanges sociaux, jouent un rôle important pour le bien être des patients atteints de sclérose en plaques et d’autres maladies. 

 

XII°-Piqûres d’abeilles 

On parle du venin d'abeilles pour stimuler le système immunitaire ou pour soigner toutes les maladies chroniques. En effet, il ya peu d’études concernant ces thérapies.

 

XIII°-Les facteurs à prendre en considération en cas de la sclérose en plaques

Les personnes atteintes de sclérose en plaques ont tendance à avoir une déficience dans de nombreux nutriments, en particulier les acides gras essentiels oméga-3 et oméga-6, la vitamine B12, d’autres vitamines B, le magnésium, le zinc et le sélénium. Ces déficiences peuvent être dues à des problèmes ci-dessous :

-L’infection à candida

La prolifération de champignons dans l’intestin est très fréquente en cas de sclérose en plaques ce qui peut aggraver la situation.

-La perméabilité intestinale

Cette perméabilité intestinale permet aux toxines de circuler dans le sang, arriver au cerveau et à la moelle épinière et déclencher ainsi une réponse immunitaire, l’inflammation et toutes sortes de symptômes désagréables. 

-La malabsorption des nutriments

Jusqu’à 70% des personnes atteintes de sclérose en plaques ont des problèmes pour absorber correctement les nutriments.

-La sensibilité alimentaire

C’est un autre problème commun de la sclérose en plaques et qui semble être lié à la perméabilité intestinale. Vous pouvez devenir sensible à plusieurs aliments.

 



30/04/2018
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Santé & Bien-être pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour