Espace Vital Romarin

Espace Vital Romarin

Églantier

églantier.jpg

 

Nom biologique : Rosa canina

Famille : Rosaceae

Autres noms communs : Rosier des Chiens, Rosier des haies, Églantier des chiens, rosier sauvage, gratte-cul

 

Le nom de « rosier des chiens » vient de la propriété attribuée autrefois à la racine de cette plante censée guérir les morsures de chiens enragés.

Le nom gratte-cul (nom donné au fruit de l'églantier et qui, par métonymie, peut désigner la plante entière). Le terme « gratte-cul » évoque les poils de l'intérieur des fruits qui provoquent de légères démangeaisons sur la peau.

 

« Églantier » est le nom que l'on donne communément aux rosiers sauvages, et ils sont nombreux : églantier des champs (Rosa arvensis), rosier cannelle (Rosa cinnamomea)... Mais celui qui semble être le plus légitime à porter le nom d'églantier, et sans doute le plus connu des rosiers sauvages, est Rosa canina.

Parmi la trentaine de rosiers sauvages, l’églantier (Rosa canina) est le plus commun. D’autres n’ont pas d’épines, ont des fleurs de couleurs différentes, avec des cynorhodons glabres ou velus, et évidemment des qualités et des propriétés distinctes. Mais l'églantine, avec son merveilleux parfum et ses fabuleuses baies reste la plus étonnante.

L’églantier a été découvert en 1819 par un marin et explorateur anglais.

 

Description morphologique 

L'églantier, est un arbrisseau sauvage pouvant atteindre 3 mètres de haut, à tiges dressées, arquées, munies d'aiguillons recourbés, avec une écorce grise et crevassée. Les feuilles caduques sont  alternes, composées, comprennent 5 à 7 folioles elliptiques dentées.

Les fleurs « églantines » qui s’épanouissent en juin et juillet sont blanches teintées de rose et comptent 5 pétales fragiles : elles sont solitaires mais peuvent être aussi groupées. Elles sont suivies des baies rouges ovales appelées cynorhodons ou "gratte-cul", remplies d’un terrible "poil à gratter" entourant de gros grains. Sur le plan purement botanique, il s’agit de "faux fruits". Leur maturité se fait en automne.

 

Habitat et répartition 

L'espèce Rosa canina est originaire d'une vaste région, dans les zones tempérées de l'Afrique du Nord et les îles Canaries et Madère ; de l'Asie occidentale, d’Afghanistan, d’Iran, d’Irak, de Palestine, de Liban, de la Syrie, de la région du Caucase et de l'Asie centrale (Tadjikistan),

le sous-continent indien (Pakistan). De même, il est commun en Europe de la Méditerranée à la Scandinavie, y compris les îles Britanniques et la Russie. Aussi, il a été naturalisé notamment en Amérique du Nord (États-Unis) et en Océanie (Australie, Nouvelle-Zélande).

L'églantier pousse dans tous les sols, mais avec quand même une préférence pour les terres riches en humus. Il lui faut une exposition ensoleillée. On le rencontre essentiellement au bord des bois, sur les versants secs et caillouteux, ainsi que dans les forêts, les haies, les lisières de bois et les terrains en friches.

 

Principes actifs

Les cynordrons

Les fruits d’églantier, ou cynorrhodons, contiennent 1 à 1,7 % de vitamine C(20 fois plus que les agrumes), de la vitamine B et PP, des carotènes (provitamine A), des sucres, des tannins, des pectines, des sels minéraux, des flavonoïdes, de l'acide malique, de l'acide citrique etc...

 

Propriétés 

Les cynorhodons

-Stimulation de l'hématopoïèse : fabrication des éléments figurés du sang (globules rouges, globules blancs et plaquettes).

- Hémostatique : régule la coagulation sanguine ;

- Anti-inflammatoire ; ;

- Astringentes ;

- Toniques ;

- Dépuratives ;

- Antiscorbutiques ;

- Fortifiantes ;

- Anti-anémiques ;

- Antigalactogène (pour stopper les montées de lait) ;

- Stimulent le système immunitaire ;

- Antiseptiques ;

- Vermifuges ;

- Anti-âge, anti-oxydantes, favorisent la régénération des cellules de la peau, réparatrices des tissus endommagés ;

La racine

- Soigne la rage

Les feuilles

-Tranquillisantes ;

- Antiseptiques.

Les pétales de fleurs

- Anti-inflammatoires ;

- Laxatives ;

- Digestives ;

- Facilitent le sommeil.

 

Indications

- Convalescence, asthénie physique et intellectuelle ;

- Anémie ;

- Gingivite (inflammation des gencives) ;

- Douleurs dentaires ;

- Rhume, inflammations de la gorge, grippe, refroidissements ;

- Diarrhée chronique, entérite ; 

- Troubles urinaires ;

- Arthrose ;

- Imperfections post-partum, vergetures, cicatrices post-chirurgicales ou celles d’acné, eczéma sec, coups de soleil, brûlures.

Racine

- Rage.

Feuilles

- Angoisses (feuilles) ;

- Irritations cutanées (feuilles) ;

- Galle.

Pétales de fleurs

- Maux de tête;

- Insomnie ;

- Indigestion ;

- Constipation ;

- Etourdissements. 

 

Préparation et médication 

Cette plante est utilisée comme cure au début de l’hiver, pour lutter contre la grippe. 

-Indigestion, acné

En infusion : 2 cuillères à café de fleurs d’églantine séchées / 150 ml à laisser infuser 10 mn.

Cette infusion peut aussi nettoyer les peaux acnéiques en imbibant des compresses.

 

-Diarrhées, effet vermifuge 

Décoction : 30 g de cynorhodons hachés entiers grossièrement / 1 l à faire bouillir 5mn et infuser 10 mn (4 tasses maximum / jour).

 

-Pour renforcer les défenses immunitaires

En macérât glycériné de bourgeons : 5 gouttes 3 fois par jour diluées dans un verre d’eau durant 3 semaines,

 

-Pour lutter contre la fatigue, les refroidissementsles carences en vitamine C, les infections grippales

Infusion 

Réduire en morceaux 2 cuillères à soupe de pulpe séchée. Les mettre dans un litre d’eau froide (ou 2 à 2.5 g par tasse d’eau). Puis, portez-les à ébullition. Laissez infuser pendant 10 minutes. Ensuite, filtrez et buvez. Buvez en 3 tasses par jour.

 

-Pour soigner la diarrhée

- Infusion

Porter à ébullition (1l d’eau). Ajouter 30 à 50 gr de cynorrhodon en morceaux pendant 5 minutes (à feu doux). Laisser reposer pendant ¼ d’heure. Filtrer et Boire au petit-déjeuner, jusqu’à amélioration des symptômes.

-Décoction : plongez 30 à 50 g de fruits mûrs (frais ou sec) coupés en morceaux dans 1 litre d'eau froide. Portez à ébullition pendant 20 minutes puis laissez infuser 1 heure. Filtrez à travers une étamine ou un linge pour récupérer tous les petits poils irritants et buvez le litre dans la journée.

Teinture-mère : versez 40 gouttes dans un verre d’eau. Buvez-en 3 fois par jour mais surtout, avant les repas.

– En Gélules (50-200 mg d’extrait sec) : prenez 1 ou 2 gélules avec un grand verre d’eau, 3 fois par jour (avant les repas).

 

-Usage cosmétique

Le macérât huileux de pétales d’églantines resserre les tissus et s’applique sur les vergetures, les ulcères cutanés, les rides et les cicatrices.

Macérât huileux : recouvrir d’huile végétale un bocal rempli de pétales d’églantine non tassés, et laisser macérer 3 semaines ; appliquer ensuite sur la peau abîmée pour la régénérer.

 

-Usage culinaire

Que ce soit sous forme de confitures (réceptacle de cynorrhodon de couleur rouge et charnu de l’églantier), de ketchup,  de purée fraîche, d’arômes ou de tisanes, la baie d’églantier est très appréciée. Tout en gardant ses propriétés, elle peut être séchée et/ou conservée au congélateur.

- Cru : après les gelées, le cynorrhodon est ramolli. Pressez délicatement le fruit entre les doigts et dégustez la pâte crémeuse orangée qui en est extraite.

- Sinon, cette purée de cynorhodons servira également à préparer des jus ou des sirops tous très riches en vitamine C qui se révèle très résistante à la chaleur.

Sirop

Faire un sirop avec 750g de sucre puis y ajouter la pulpe de cynorrhodon. Laisser cuire quelques minutes (pas trop pour conserver un peu de vitamine C) et mettre en pot.

A noter également que, le sirop de cynorrhodon est souvent utilisé pour donner un goût agréable aux médicaments destinés aux enfants.

 

Utilisation d’églantier selon les peuples

Sur le plan culinaire, les baies de rosier sauvage, considérées comme étant un excellent aliment de survie, étaient consommées par les amérindiens.

-Depuis l’époque romaine, sous forme d’infusion, les pétales de fleur d’églantier sont utilisés pour parfumer les pâtisseries.

Si certains peuples en consommaient les pétales des fleurs, d’autres en faisaient une décoction sous forme de bière.

-Quant aux Esquimaux en Alaska, ils en faisaient une sorte de pouding (pulpe écrasée de cynorrhodons, eau, huile de phoque et sucre) ou encore, ajoutaient les bais de l’églantier à un plat de queues de saumon pré-mastiquées.

D’autres tribus d’Alaska les mélangent soit aux œufs de poisson, soit à de la graisse pour en faire de la crème glacée                                                                                           .
-Certains s’en servent pour aromatiser les plats cuits dans la braise ou encore, les broient et les mélangent avec du pemmican.

-En Arménie, le jus du cynorrhodon est fort apprécié.

-En Suède, la soupe de cynorrhodon est un dessert habituellement servi avec de la crème, du lait ou une glace à la vanille.

-En Tchétchénie, c’est le thé du cynorrhodon qui est incontournable en gastronomie.

 

N.B.

-Son nom de "rosier des chiens" viendrait du fait qu’une personne mordue par un chien enragé pouvait guérir en mangeant une omelette à la racine râpée d’églantier !

 

-Les fruits (akènes) et les poils contenus à l’intérieur du cynorrhodon ont un effet très irritant au niveau de la peau et de la muqueuses. Leur contact provoque des démangeaisons insupportables (utilisation comme poil à gratter) et leur ingestion provoque un prurit anal très important (d’où le nom de gratte-cul). C'est à cause de ce fort pouvoir irritant qu'on classe parfois les cynorrhodons dans les fruits faiblement toxiques.



04/05/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Santé & Bien-être pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour